>>> Thème 2.Valeurs et reconnaissance du numérique

Les pratiques culturelles ont été profondément modifiées par l’arrivée des technologies numériques : numérisation, dispositifs d’accès aux œuvres, construction de l’offre, critique participative, etc. Cette extension des outils numériques conduit de facto au développement de ce qu’il est convenu d’appeler des « cultures numériques », lorsque, par un saut qualitatif, ces outils construisent de nouvelles formes de rapport au patrimoine ou à la création (passage du « régime » à la « culture »). Dans la logique de l’analyse de ces cultures initiée ces dernières années (par exemple ANR TRAMEDWEB), et en nous appuyant sur l’étude des modifications dans les différents secteurs de la culture, nous proposons d’appréhender la culture numérique comme une forme culturelle et communicationnelle en train de se construire.

Un premier programme concerne la réception des œuvres culturelles, pratiques collaboratives et discours critiques (M.-S. Poli). On y étudiera en premier lieu les changements apportés par le numérique dans les processus et dispositifs (J. Davallon, É. Flon, C. Tardy). Un des changements majeurs, mis au jour par l’ANR TRAMEDWEB, est la migration de l’écriture sociale (la forme éditoriale) vers les écritures formelles et les dispositifs techniques (industrialisation des logiciels et développement des réseaux). Il s’agira d’étudier les modifications intervenant dans l’écriture sociale (discours circulant et formes éditoriales, rééditorialisation des contenus, etc.) et les formes émergentes de circulation et les nouveaux outils (agrégateurs, applications collaboratives ou dédiées, usage des mobiles, etc.)qui touchent les différents secteurs (festivals, musées, événements, politiques culturelles, etc.).

On y abordera aussi les nouvelles formes d’échanges des opinions et de co-construction des représentations des publics réels et des publics potentiels des équipements culturels (M.-S. Poli, M.-P.Fourquet, D. Malinas, V. Spies) que permettent les technologies numériques, concernant les festivals, les musées, les expositions, les événements culturels, la visite touristique des villes, etc. L’étude de l’impact du numérique sur les modalités d’enquête de publics et d’étude des dispositifs (E. Ethis, M.-S. Poli) permettra d'explorer les potentialités offertes par le numérique en matière d’évaluation de ces derniers dans le monde des expositions ou des musées ; modifications de l’accès à l’offre, de la circulation des publics, des dispositifs d’enquête.

Un second programme sera consacré à l’usage des bibliothèques à l’ère numérique (E. Pedler). IL reprendra et prolongera, 10 ans après, une enquête réalisée auprès de grandes bibliothèques françaises (Éd. BPI, 1999). Celle-ci s’était centrée sur un dispositif (les cédéroms) qui semblait singulariser la rematérialisation des livres au travers de configurations numériques rompant avec la linéarité textuelle. L’enquête toujours très soucieuse de l’ancrage géographique des lieux culturels se projettera sur les nouveaux dispositifs numériques aujourd’hui en usage afin d’évaluer les transformations des usages savants des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

L’ensemble de ce thème se développe dans le cadre de la Fédération de Recherche Agorantic en cours de mise en place par l’UAPV et le CNRS et auquel le Centre Norbert Elias participe. Le principal objet scientifique de la FR Agorantic « Culture, Patrimoines et Sociétés numériques » concerne les interactions entre le Web et le numérique avec les mondes de la culture et des patrimoines (matériels et immatériels) : nouvelles formes de partage, de connaissance et d'accès à la culture, aux patrimoines et aux territoires ; nouvelles formes d'écriture, de médiation et d'usage des paysages, des événements culturels et des patrimoines ; nouvelles formes de mobilité et de représentation territoriale ; études et prospective des publics de la culture.

Le projet s'appuie sur une dynamique de recherches déjà engagées à l'UAPV sur ces thématiques. Les travaux seront développés en coopération notamment avec le programme sur un « humanisme numérique » de Milad Doueihi, Chaire de recherche sur les cultures numériques (CRCN) de l’université Laval (Québec).

>>> ENVOYER
Université d'Avignon et des pays de Vauclusepratiquepratiqueminisites